Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

bence
F1
F1
Messages : 6200
Inscription : 03 févr. 2007 18:59
Véhicules : BMW M340i
MV Agusta F3 675
Localisation : Budapest

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par bence » 19 juin 2024 19:20

Avec la France insoumise, j’ai l’impression d’avoir une équipe de conducteurs d’autobus scolaire qui se présentent pour commander une mission sur la lune. C’est á se demander s’ils ont idée de la réelle ampleure du job.

Chez nous, on a un scénario désastre avec un gouvernement qui se veut de plus en plus á droite qui fait des actions digne de l’extrême gauche sur le plan économique. La gauche classique vient de décéder sur scène et on a jugé bon de donner 30% á un parti qui compte 19 membres, aucune activité politique á son actif. Le leader est l’ex mari de notre ex ministre de la justice qui est entré sur la scène á coups d’enregistrements compromettants sur son ex. Mais bon, au moins on n’a absolument aucune économie ou industrie á gérer :D

Avatar de l’utilisateur
Gengis
Groupe N
Groupe N
Messages : 166
Inscription : 09 sept. 2007 13:25

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par Gengis » 20 juin 2024 03:04

Nicolas: c'est vrai que c'est curieux de parler de libéralisme au sujet d'un pays dont les dépenses publiques et les prélèvements sont élevés comme en France.

Mais il ne s'agit pas tant de décrire une situation budgétaire qu'un mode de fonctionnement de l'Etat qui consiste à rendre service au privé d'une manière parfois douteuse: les discours des "premiers de cordées", l'appel au cabinets de conseils, les privatisations (d'aéroport de Paris par exemple, à quand la vente de la gare de Lyon à Vinci ou de la place de l'Etoile à LVMH ?), le soutien à la captation des biens communs (l'eau, cf. les mégabassines), les sauvetages sans contrepartie au frais des contribuables, les aller-retour entre le public et le privé, l'absence de lutte contre l'évasion fiscale, les cadeaux fiscaux, etc...

Jean-Louis Borloo regrettait que les maigres ressources de l'Etat servent à aider ceux qui courent vite à courir encore plus vite. Gilles Dorronsoro parle d'un reniement démocratique (entretien ici: https://www.radiofrance.fr/francecultur ... ie-5035859). L'histoire récente montre par ailleurs que les réussites les plus remarquables (tgv, nucléaire, cnc pour le cinéma par exemple) sont souvent publiques.

Je n'ai rien contre le privé, je suis travailleur indépendant et suis très au fait des prélèvements et impôts auquel je suis assujetti.

A propos des "allers-retours" entre le public et le privé, ils sont pointés du doigt par la commission d'enquête du sénat qui s'est penchée sur Total. Le rapport d'enquête est sorti hier, il est approuvé par la droite et les écologistes et recommande aussi une prise de participation de l’État. Extrémiste ?

Concernant les impôts, je suis aussi concerné que toi par le sérieux budgétaire. J'ai évoqué 3 points dont un seul concerne l'augmentation de l'impôt sur le revenu de ceux qui en paient déjà (et pas beaucoup, cf. mes exemples issus du simulateur du ministère des finances). Que penses-tu de ce que la moitié des gens ne paient pas d'impôt sur le revenu en France (cf. les 18.6%+30.8% du schéma de ze_shark) ? Faire pencher la répartition des richesses en faveur du travail plutôt que du capital (après des décennies d'excès dans l'autre sens) permet non seulement de faire tenir une société ensemble mais aussi d'amener des millions de personnes à payer des impôts.

Avatar de l’utilisateur
_nicolas
Membre V8
Membre V8
Messages : 12823
Inscription : 12 sept. 2005 18:05
Véhicules : Macan S/Ex-997.1/997.2 S/991.1 S/991.1 C4 GTS
Localisation : La Côte

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par _nicolas » 20 juin 2024 07:38

Clairement on peut discuter des politiques néolibérales et de leurs conséquences, des inégalités qu'elles ont engendrées, des raisons du déclin des politiques de gauche, de la politique en général qui doit reprendre un rôle qu'elle n'aurait jamais dû perdre, des tendances à la mode (le public n'est pas le seul à abuser des cabinets de conseil).

On peut aussi échanger sur les causes des valses-hésitations de gouvernements incapables de résister à certaines pressions, parfois venues de la gauche d'ailleurs puisque tu évoques le nucléaire. S'agissant de Total Energie, bien évidemment que se rendre compte que c'est le dernier moment pour retenir une grosse entreprise avant que le pays ne devienne définitivement un désert industriel rassemble tout le monde. Mais ici aussi, on traite le symptôme pas la cause.

Parlant de pressions, vu de l'extérieur, il semble impossible à tout gouvernement en France de faire passer la moindre réforme quand ce gouvernement se montre enfin réaliste et fait son boulot. Pas loin de 500 niches fiscales et 50 régimes de retraite auxquels il ne faut surtout pas toucher au risque de se retrouver avec le moindre giratoire bloqué et une demi-douzaine de tracteurs déversant du fumier Faubourg Saint-Honoré. On décrie le mode de fonctionnement de l'Etat, on traite le Président d'enfant chéri des Rothschild à la solde du WEF et on ordonne aux plus riches de "se casser" en les insultants, mais surtout pas question d'abandonner ses petits privilèges.

On peut aussi parler des impôts. Le seul fait qu'une grande partie de la population n'en paie pas ne veut rien dire sans que l'on s'intéresse à l'entier de la mécanique du financement des dépenses publiques, de la nature des ces dernières, ainsi que de la charge fiscale imposée aux entreprises et de ses conséquences sur la création et la répartition de la richesse.

Le point est, encore une fois, que la situation est catastrophique et que ce n'est pas dans l'idéologie que la solution va se trouver. Pas plus que de ruminer le passé sur ce qu'il aurait fallu faire ou pas va pouvoir aider. Ce n'est pas le moment de faire du Piketty. Aujourd'hui c'est la médecine de guerre qui s'impose, pas de la chirurgie esthétique, le contexte ne s'y prête plus. Malheureusement, il n'y a aucun spécialiste juste trois ou quatre généralistes pour lesquels il n'est pas difficile de savoir quels sera l'ampleur des dégâts après l'opération.
Nicolas

”Simplicity is the keynote of all true elegance” - Coco Chanel

Avatar de l’utilisateur
_nicolas
Membre V8
Membre V8
Messages : 12823
Inscription : 12 sept. 2005 18:05
Véhicules : Macan S/Ex-997.1/997.2 S/991.1 S/991.1 C4 GTS
Localisation : La Côte

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par _nicolas » 22 juin 2024 06:10

Image

Cette campagne est incroyable. Tout s’y révèle. Ici l’appauvrissement intellectuel et l’inculture auxquels ces trente dernières années nous ont conduit. Même les économistes s’écharpent entre eux sur de simples calculs de pourcentages quand ils parlent de nouveaux prélèvements. Ça promet pour le redressement du budget. On argumente aussi, sur les plateaux TV, qu’il vaut mieux voter LFI parce que le programme est… inapplicable. C’est du jamais vu !

Et ne parlons pas de cette chronique dans Le Monde qui explique qu’il y a l’antisémitisme que l’on peut comprendre parce que contextuel (LFI), et le mauvais antisémitisme, fondateur, le plus grave, celui du RN. En gros, il y a le bon et le mauvais antisémitisme. Il faut le lire pour le croire, ça ne peut que très mal se terminer.

Ne manquent plus que influenceurs rejoignent l’un ou l’autre des partis et l’on aura définitivement touché le fond.

Une chose est sûre, tout cela ne va pas conduire au mieux. Tentons le programme, soyons fous, de ce mois de juillet : nouvelle guerre au Liban, chaos dans une France sans majorité, renforcement du conflit en Ukraine et les marchés qui s’effondrent…
Nicolas

”Simplicity is the keynote of all true elegance” - Coco Chanel

vravolta
Membre V8
Membre V8
Messages : 5836
Inscription : 09 sept. 2007 09:45
Contact :

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par vravolta » 22 juin 2024 08:32

Ce qu'oublient ceux qui défendent la redistribution, c'est que le prérequis à la redistribution, c'est d'avoir quelque chose à redistribuer. Sur le fond, je ne pense pas que qui que ce soit qui a 2 ou 3 neurones soit opposé à la redistribution car c'est la garantie de la stabilité de la société. Donc le sujet n'est pas là. Le problème de la France, c'est que depuis le 1er choc pétrolier, elle a redistribué une valeur qu'elle n'a pas créée, en recourant à l'emprunt. C'est là que ca coince. Car emprunter pour financer le train de vie, c'est sympa à court terme, mais c'est préparer l'enfer pour les générations à venir. Le crédit conso n'a jamais aidé les familles pauvres à améliorer leur situation à long terme... C'est pareil pour la France.

C'est séduisant qualitativement de se dire qu'il suffit de taxer le capital pour payer l'addition vu que les travailleurs n'ont pas les moyens de payer plus (et c'est vrai qu'ils n'ont pas ces moyens). Mais en pratique, ca ne va pas fonctionner car il n'y aura jamais assez de capital taxable pour combler le trou. En effet, si la France taxe significativement plus son capital que le reste du monde, ses entreprises deviendront moins compétitives et finiront par fermer, laissant alors aux seuls travailleurs, désormais sans emploi, la charge de payer la dette. Donc cette stratégie, séduisante au premier abord, est en fait une impasse. La seule option, douloureuse et impopulaire, c'est de réduire la taxation du capital (et donc d'augmenter celle du travail). Ca augmente la compétitivité des entreprises, ce qui augmente la taille du gateau ce qui ouvre la voie, à terme, de pouvoir répartir le surplus de gateau, Personne n'aime cette idée car à court terme, c'est hyper douloureux pour les travailleurs, qui sont aussi les électeurs. Mais c'est la seule option ayant une viabilité long terme.

En fait, l'erreur, c'est d'opposer capital et travail. Le véritable ennemi du travailleur aujourd'hui, ce n'est pas le capital "qui se gave", c'est le travailleur d'il y a 40 ans qui a dépensé une valeur ajoutée qu'il n'a pas créée et qui a transmis la facture au travailleur d'aujourd'hui. Pas de bol, le travailleur d'il y a 40 ans, il n'a plus les moyens de rendre le produit de son "crime". Et donc oui, il va y avoir, d'une manière ou d'une autre, une génération sacrifiée en France, car ses ainés ont vécu très au delà de leurs moyens. Mais comme dit le problème, il vaut mieux une fin dans l'horreur qu'une horreur sans fin. J'étais en Grèce la semaine dernière. De partout on voit les stigmates de la crise de 2012. Mais 10 ans après, les gens recommencent petit à petit à vivre, certes chichement, mais ils sont sur le long chemin de la rémission, après le coup de massue de 2012 et les coupes sanglantes dans le social. La rémission de la France sera longue, très longue. La faute au manque de courage et clairvoyance de ses dirigeants depuis 1974, droite comme gauche. Ils ont tous voulu maintenir un train de vie au dessus des moyens du pays. Mais on ne peut plus revenir là dessus. Le pays doit donc faire son deuil de cette grandeur, intégrer que ses options sont soit de continuer à couler jusqu'à la noyade, soit de se retrousser les manches, prendre ses responsabilités, tuer à la tâche une génération pour payer la dette de la précédente, et rendre à la génération à venir un pays à l'équilibre. Ce n'est jamais sympa d'avoir à payer pour un dommage qu'on n'a pas commis, mais c'est la seule solution viable. Sinon, ce sera l'Argentine, ce qui est encore pire que le seul sacrifice d'une génération. Mais c'est sur que c'est tentant dans ce contexte de croire aux sirènes qui disent qu'il suffit de taxer plus le capital pour sortir de l'ornière sans effort. Le seul hic est que ca ne fonctionne pas.

Quant à la question de la fuite des capitaux, malheureusement, il fallait y penser avant d'augmenter les taux de prélèvement et avant de lancer la bataille contre la Suisse avec le fameux "Barack mon ami" de Sarko. Certes, de la fortune francaise était cachée en Suisse. Mais mine de rien, 35% des revenus qu'elle générait était reversée à la France. Par ailleurs, comme il est facile de passer une frontière terrestre avec une valise de billets, les résidents en France avec de la fortune non déclarée en Suisse la réinjectaient dans le pays (sinon, à quo bon être riche si c'est pour ne rien dépenser). Avec l'attaque contre la Suisse, le résultat n'a pas été le rapatriement des capitaux, mais leur transfert dans des trusts aux US. Et là, plus de prélèvement anticipé de 35% ni de réinjection de cash dans l'économie via des valises, car c'est compliqué de passer une valise de cash dans un aéroport. Et ceux qui se frottent les mains dans cette histoire, ce sont les US qui ont raflé la mise et savent que personne en occident n'osera les mettre sur liste noire. Bref, comportement amateur des décideurs qui n'ont rien vu venir et peuple qui s'est tiré une balle dans le pied => Darwin fait son œuvre et présente son addition. Pas de chance, avec Darwin, impossible de négocier...

Avatar de l’utilisateur
Corsugone
F1 Champion
Messages : 16852
Inscription : 04 mars 2008 20:10
Localisation : Chez Guignol
Contact :

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par Corsugone » 22 juin 2024 08:41

Très bel article, 2 pages (22-23), dans le Figaro ce matin. Certains gros épargnants ont déjà demandé à leur family office de transférer l'intégralité de leurs avoirs aux Luxembourg et surtout en Suisse qui semble devenir la terre promise pour ceux qui en ont les moyens. Le délire fiscal du nouveau front populaire sème la panique chez les épargnants, personnellement j'y vois des opportunités et j'espère que le PIB chutera massivement, histoire d'augmenter le taux de déficit de l'état Français par rapport au PIB. Plus vite la France sera placée sous tutelle de l'Europe et/ou du FMI, plus vite elle remontera la pente. Un scénario à la Grecque ne serait pas pour me déplaire, voir un début de guerre civile.
"I have a problem with Porsches. They're wonderful cars, but I know I could never live with one. I don't go around saying that Porsches are a pile of dung, but I do know that psychologically I couldn't handle owning one" Rowan Atkinson.

Avatar de l’utilisateur
Corsugone
F1 Champion
Messages : 16852
Inscription : 04 mars 2008 20:10
Localisation : Chez Guignol
Contact :

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par Corsugone » 22 juin 2024 09:05

Divertissant .... (Source : Le Figaro Magazine)

Image

Image
"I have a problem with Porsches. They're wonderful cars, but I know I could never live with one. I don't go around saying that Porsches are a pile of dung, but I do know that psychologically I couldn't handle owning one" Rowan Atkinson.

Avatar de l’utilisateur
_nicolas
Membre V8
Membre V8
Messages : 12823
Inscription : 12 sept. 2005 18:05
Véhicules : Macan S/Ex-997.1/997.2 S/991.1 S/991.1 C4 GTS
Localisation : La Côte

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par _nicolas » 22 juin 2024 10:27

vravolta a écrit :
22 juin 2024 08:32
J'étais en Grèce la semaine dernière. De partout on voit les stigmates de la crise de 2012. Mais 10 ans après, les gens recommencent petit à petit à vivre, certes chichement, mais ils sont sur le long chemin de la rémission, après le coup de massue de 2012 et les coupes sanglantes dans le social. La rémission de la France sera longue, très longue.

Le chemin des Grecs pourrait bien s'interrompre. Et la rémission de la France sera aussi celle de l'Europe et certainement celle du reste du monde. Elle ne démarrera pas avant longtemps, après des moments extrêmement douloureux pour la plupart d'entre nous. La France n'est pas une île. Ses problèmes sont aussi les nôtres nous qui sommes en Suisse ou ailleurs. Le contexte est très compliqué tant d'un point de vue géopolitique qu'économiquement, ce qui se passe présente un risque systémique.

Corsugone a écrit :
22 juin 2024 08:41
Plus vite la France sera placée sous tutelle de l'Europe et/ou du FMI, plus vite elle remontera la pente. Un scénario à la Grecque ne serait pas pour me déplaire, voir un début de guerre civile.

On ne doit pas se réjouir ni souhaiter le pire.

De mémoire, la dette grecque c'était 300 milliards d'Euros. La France aujourd'hui 10 fois plus et, encore une fois, un contexte bien différent. Cela dit, ni le FMI, ni l'EU, ne peuvent mettre la France sous tutelle : Bruno Le Maire a raconté assez de bêtises pour qu'on arrête de le croire.
Nicolas

”Simplicity is the keynote of all true elegance” - Coco Chanel

Avatar de l’utilisateur
rbk
Membre V8
Membre V8
Messages : 2358
Inscription : 27 mars 2013 09:06
Véhicules : Bleue
Localisation : GE

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par rbk » 22 juin 2024 11:22

Deux ou trois trucs
Il commence à se dire que la Grèce serait une machine à laver
Le PIB de la France est largement surévalué
J'ai commencé à bosser il y 40 ans et à cette époque je n'ai pas le souvenir que l'agent était jeté par les fenêtre. Les aides et autres cadeaux fait par les gouvernement successif sont arrivés plus tard
Dette.JPG
Dette.JPG (94.21 Kio) Consulté 759 fois

Avatar de l’utilisateur
Corsugone
F1 Champion
Messages : 16852
Inscription : 04 mars 2008 20:10
Localisation : Chez Guignol
Contact :

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par Corsugone » 22 juin 2024 12:09

Le Figaro (site web)
samedi 22 juin 2024

«Si la gauche passe, je ne louerai plus mon logement» : cette idée du Nouveau Front populaire qui fait enrager les propriétaires

DÉCRYPTAGE - Dans le programme de la gauche, s’est glissée une nouvelle obligation qui risque de refroidir les propriétaires bailleurs.

« Ce sera Cuba sans le soleil !», « Si la gauche passe, je ne louerai plus mon logement» ou « J’ai quelques copains socialos bobos propriétaires, j’ai hâte de voir leurs réactions». À la lecture du programme «logement» du Nouveau Front populaire en vue des élections législatives, Isabelle, Henri et Sylvain, trois propriétaires, dont Le Figaro a recueillis les témoignages, rient jaune. « C’est un retour en arrière, l’époque où la gauche défend les squatteurs et les délinquants !», enrage Sylvain, 45 ans, qui a dû attendre près de deux ans avant de récupérer son logement occupé par un locataire qui a refusé de partir à la fin de son bail. Pour Manon Aubry, eurodéputée de La France Insoumise, « savoir que plus de 3 millions de logements sont vides, alors que 300.000 sans-abris sont dans la rue, c’est insoutenable !» Le droit au logement, consacré par la loi Dalo (Droit au logement opposable), est sacré. Peu importe si le droit de propriété , constitutionnel et protégé par la Déclaration des droits de l’homme, est bafoué.

Si la coalition de gauche gagne les élections législatives, elle prévoit donc d’« adopter une grande loi pour garantir le droit au logement». Avec au programme deux mesures qui ont de quoi hérisser les poils des propriétaires. La première : la suppression de la loi anti-squats qui « criminalise les locataires», selon le Nouveau Front populaire. Concrètement, vous ne pourrez plus expulser les squatteurs en quelques jours (72 heures en théorie) et devrez repasser par une longue et coûteuse procédure judiciaire (1 à 2 ans). « Comment est-il possible de valider l'occupation abusive d'une propriété qui nous a coûté près de vingt ans d'efforts ?!C’est absolument injuste», dénonce Henri, la soixantaine et propriétaire d’une résidence principale sur la Côte d’Azur. Autre aberration qui fera son retour : les propriétaires qui se font justice eux-mêmes seront plus durement sanctionnés que les squatteurs. « C’est ouvrir grand la porte aux squatteurs», décrypte Guillaume Kasbarian, ministre du Logement, coauteur de la loi anti-squats. Voilà pour le volet «squatteurs».

Concernant les locataires mauvais payeurs, les procédures d’expulsions, qui avaient été réduites à environ 6 mois, seront à nouveau rallongées (1 à 2 ans). À cela s’ajoute une nouvelle obligation qui ne manquera pas de faire hurler les propriétaires : les locataires qui ne paient plus leurs loyers ou refusent de quitter leur logement malgré la fin du bail ne seront pas expulsés tant qu’ils n’auront pas été relogés. C’est écrit noir sur blanc sur le programme du Nouveau Front populaire. Ce ne sera pas aux propriétaires de se charger de ce relogement mais aux préfets. Il n'empêche, cette tâche, qui dure généralement entre trois et six mois, fera traîner d'autant l'expulsion des mauvais payeurs. Et retardera la possible vente ou relocation d'un logement pour lesquels les propriétaires ne touchent plus de loyers et continuent de payer des impôts voire de rembourser un crédit.

«Avec la gauche, aucun locataire n’aura intérêt à payer son loyer»

Actuellement, tout locataire « de bonne foi» (article 7 de la loi du 5 mars 2007) peut saisir la Commission de médiation de son département pour réclamer un logement d’urgence s’il est « menacé d’expulsion sans relogement», « hébergé ou logé dans un logement de transition» ou « dans des logements impropres à l’habitation ou insalubres». Les propriétaires redoutent que cette nouvelle mesure du Nouveau Front populaire ne soit pas encadrée et n’ouvre une brèche dans laquelle les « locataires malhonnêtes» s’engouffrent. « Ils vont refuser toutes les propositions ne respectant pas leurs exigences», craint Isabelle, la quarantaine et vivant près de Nantes (44), qui a eu maille à partir avec un locataire dont la dette de plus de 15.000 euros a été rayée par la Commission de surendettement. Une brèche qui pourrait engendrer une explosion des loyers impayés , aux dires des experts que nous avons interrogés. « À moins d’être stupide, aucun locataire n’aura intérêt à payer son loyer», confie, avec une pointe de caricature, un spécialiste de l’investissement immobilier. « Personne ne voudra mettre le moindre appartement en location. Et ce sont les locataires qui seront les grands perdants du programme de la gauche. Sans propriétaire, pas de locataire», prévient Sébastien, la trentaine. « La gauche n’a toujours pas compris qu’un logement loué dépend de la bonne volonté des propriétaires qui ont un rôle social», confirme Mathilde. Le logement s’accompagne de devoirs, notamment celui de payer son loyer. S’il n’est pas respecté, le locataire doit partir, surtout si la justice en a décidé ainsi, sauf à considérer que le droit de propriété n’existe pas.»

Un locataire mauvais payeur peut également réclamer un relogement s’il a sa charge « au moins un enfant mineur» ou s’il « présente un handicap». Simone, octogénaire, l’a appris à ses dépens. Depuis près de 5 ans, elle tente de récupérer son appartement, situé en région parisienne, qui continue d’être occupé par une personne handicapée, malgré une décision d’expulsion qui date d’octobre 2019. Sa dette locative , qui dépasse les 90.000 euros, a également été effacée par la Commission de la dette. « Plutôt que de respecter le droit de propriété et d’accorder le concours de la force publique qui a été refusé en mai 2020, le préfet préfère lui payer l’ indemnité d’occupation (la loi oblige l’État à payer cette indemnité aux propriétaires dont le logement est occupé par un locataire mauvais payeur, si le préfet refuse de faire intervenir les forces de l’ordre) qui dépasse, ce jour, les 30.000 euros», raconte au Figaro Romain Rossi-Landi, son avocat, spécialiste du droit immobilier.

Une loi laxiste avec les squatteurs, des locataires mauvais payeurs protégés : le programme du Nouveau Front populaire ne risque pas de rassurer des propriétaires dont le moral a été sérieusement entamé par la crise immobilière. « Si la gauche passe, il faudrait être fou pour mettre en location un logement. Mieux vaut acheter des actions en direct ou en assurance vie. Les rendements sont supérieurs et pas de mauvais payeur », conclut Étienne.
"I have a problem with Porsches. They're wonderful cars, but I know I could never live with one. I don't go around saying that Porsches are a pile of dung, but I do know that psychologically I couldn't handle owning one" Rowan Atkinson.

Avatar de l’utilisateur
Tom63
Membre V8
Membre V8
Messages : 6015
Inscription : 22 oct. 2008 15:45
Localisation : Entre Paris et les volcans

Re: Macron, Hollande, Sarko, Ségo [Politique Française]

Message par Tom63 » 22 juin 2024 20:48

_nicolas a écrit : Ne manquent plus que influenceurs rejoignent l’un ou l’autre des partis et l’on aura définitivement touché le fond.
Ah mais il suffit de demander !



Et ça c'etait six jours avant. 6.


Image


L'enfer.
Thomas

“When you see the tree you're about to hit, it's called understeer. When you can only hear and feel it, it's oversteer”
Walter Rohrl

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités

Axa Aubonne Accessoires Auto - Jantes Alu - Pneus